Don’t _miss

Wire Festival

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nullam blandit hendrerit faucibus turpis dui.

<We_can_help/>

What are you looking for?

Publication « slowlife » éditée par La Tribune, la revue T offre de la matière à penser et invite à (re)prendre le temps de lire et de réfléchir au monde qui change.

Pas de news ni d’actu, mais des décryptages sur les transformations qui forgent notre époque.

T explore un seul et unique thème par numéro autour de plusieurs expertises et angles d’analyse.

À la Une

T N°5

T n°5 Voyages

Touché de plein fouet par la crise sanitaire, le secteur touristique voit sa transformation s’accélérer. Durable, solidaire, « slow », local, le tourisme laisse entrevoir de nouvelles facettes sur le point de révolutionner son propre écosystème. Passé les décennies à faire l’apologie de la vitesse — on a adoré passer un week-end à Athènes, Rome ou Madrid – aujourd’hui la culpabilité de polluer en voyageant commence à nous miner. Face à l’urgence de préserver la planète, le tourisme de masse est devenu la bête noire du secteur, ouvrant la voie à une nouvelle génération de voyageurs engagés et responsables.

Voyager, d’accord, mais autrement ! L’avion pour les longues distances et les longs séjours, le train pour des destinations de proximité et semi lointaines grâce au renouveau des lignes de nuit… Se déplacer en vélo, en bateau, à pieds… Bref, voyager pour se délecter de sa dimension exploratoire ; prendre le temps de découvrir véritablement un lieu, ne pas avoir peur de la lenteur mais bien au contraire en exploiter tous les bénéfices. Aujourd’hui, la crise sanitaire nous empêche d’aller loin, mais elle nous a donné l’opportunité de redécouvrir nos régions. Et si le tourisme local était un puissant levier de la relance économique ? Les objectifs sont ambitieux : réinventer et proposer un nouveau tourisme, trouver un équilibre écoresponsable entre les différents moyens de transports, et considérer l’économie du tourisme comme essentielle pour les territoires, eux-mêmes indispensables à la bonne santé du pays.

L'Édito de T n°5

« Il meurt lentement celui qui ne voyage pas. »

Lorsque la poétesse brésilienne Martha Medeiros écrit ce vers, sans doute était-elle loin de s’imaginer qu’un virus nous contraindrait vingt ans plus tard à ne plus voyager.
Parfois même, à ne plus bouger. Nous obligeant à nous évader autrement… par la lecture, la musique, l’écriture et autres substituts (re)découverts à la faveur d’une épidémie mondiale.
Un jour, le temps s’est arrêté. Tout est devenu confus. Fallait-il braver les interdits au nom de la liberté, où les accepter au nom de la vie ?
Des cas de conscience, nous en avons tous eu. Des cas de conscience collectifs, probablement un peu moins. C’est ce qui aura vraisemblablement marqué la trajectoire sociétale de cette crise sans commune mesure. Nous nous sommes rendu compte collectivement qu’il devenait urgent de changer les choses. Vous savez, ces choses auxquelles on ne prête plus attention, posées là par habitude, sans que l’on y réfléchisse vraiment. Ces choses qui sont fort heureusement bousculées par les penseurs de notre Histoire, les philosophes, les sociologues, les scientifiques, engagés voire activistes, et qui laissent des petites traces par-ci par-là dans nos esprits vagabonds. Jusqu’au jour où, bousculés nous aussi, nous n’avons pas d’autre choix que de nous arrêter. Viennent alors le temps de l’observation et celui de la conscientisation.
C’est un peu ce qui nous est arrivé dans notre façon d’appréhender le voyage. Car en vérité, on savait bien que le surtourisme est un danger pour notre planète, tout en sachant également que beaucoup de pays tirent leur force économique du tourisme. Quand la raison se fait cornélienne, l’esprit préfère souvent flâner ailleurs. Mais voilà. Face à l’arrêt du transport aérien, des déplacements inter-régions et hors frontières, nombreux sont les territoires et les villes qui se sont vus « mourir » à petit feu par l’absence de touristes. Venise, pour qui le tourisme de masse était devenu une vraie bête noire et même un danger pour la lagune, s’est transformée en ville morte en quelques semaines, mettant à mal toutes ses infrastructures économiques. Passer du tout au rien, du trop au pas assez… N’était-ce pas la démesure de notre époque qui était en jeu ? La quête universelle de l’équilibre était de nouveau sur le gril de la raison. Experts et autres voyageurs aguerris n’avaient d’ailleurs pas attendu la crise sanitaire pour agir. La tendance d’un tourisme local, responsable et durable était déjà bien réelle.
L’arrêt forcé de nos déplacements n’a fait qu’accélérer cette tendance et révéler à tout un chacun que l’ailleurs n’était pas si loin. Parfois, même tout à côté de chez soi. Et pourtant… On préférait passer un week-end à Rome, Barcelone, Athènes ou Marrakech. Grisés par un rythme effréné, on n’y voyait pas grand-chose, mais on était contents, peut-être sans trop savoir pourquoi en y réfléchissant bien. Se sentir dépaysé, peut-être. Mais faire l’expérience du voyage, de l’exploration, de la rencontre et de la découverte, ça, c’était une autre histoire et surtout une autre aventure. Une aventure que nous sommes néanmoins en train de redécouvrir tout doucement. Passé le diktat de la vitesse et de la surconsommation, c’est aujourd’hui l’apologie de la lenteur et de la proximité qui dessine les contours d’un tourisme nouveau. Un tourisme expérientiel qui renoue avec l’essence même du voyage.

par Valérie Abrial

Au sommaire de T n°5

T la revue n°5
Voyages : l’ailleurs n’est pas si loin
  • Isabelle Autissier, navigatrice : « Si l’océan était un pays, ce serait la cinquième puissance économique mondiale »
  • Tourisme : se réinventer pour renaître
  • Le point de vue de Jean-Baptiste Lemoyne Secrétaire d’État chargé du Tourisme
  • Jean-François Rial, PDG du groupe Voyageurs du Monde : « Nous allons, je l’espère, progressivement sortir du tourisme de masse »
  • Comprendre le tourisme alternatif en 3 questions
  • Jean Viard, Sociologue : « Le voyage est indispensable car il permet de faire un “commun” de l’humanité »

TOURISME DE PROXIMITE : QUAND LE VOYAGE DEVIENT LOCAL

  • Le point de vue de Véronique Brizon, Directrice générale d’ADN Tourisme
  • Franck Gervais, Directeur général du Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs : « Je suis persuadé que l’avenir du voyage sera un tourisme de proximité »
  • Tourisme de savoir-faire : à la découverte des entreprises
  • Lionel Flasseur, Directeur général de l’agence Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme : « Nous portons l’ambition d’un tourisme bienveillant »
  • Tourisme durable : le corail, trésor touristique, trésor économique

AERIEN : COMMENT SURMONTER UNE DOUBLE CRISE

  • Paul Chiambaretto, Professeur à Montpellier Business School et directeur de la chaire Pégase : « L’envie de voyage est toujours là »
  • Avion décarboné : une filière en pleine effervescence
  • Augustin de Romanet, PDG du groupe ADP : « Les installations de nouvelle génération seront prêtes pour l’arrivée des avions propres »

VOYAGER AUTREMENT

  • Le temps de l’échappée
  • Jean-Pierre Farandou, Président de la SNCF : « Le train est l’une des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique »
  • Portrait : Railcoop redonne vie aux lignes ferroviaires abandonnées
  • Tendance : le succès de la van life ne se dément pas

VERS UNE APOLOGIE DE LA LENTEUR

  • Gaspard Koening, philosophe : « Le voyage à cheval laisse toute sa place à la lenteur et au hasard »
  • « Cyclo-fromage », le parcours inattendu
  • Slow tourisme : quand la Normandie se la joue carpe diem
  • Axel Kahn, généticien et écrivain : « La marche est la manière la plus valorisante de côtoyer la beauté »

Et demain : Zephalto emmènera des passagers aux portes de l’espace

La Chronique de Géraldine Mosna-Savoye

Écouter l'édito de T n°5
Valérie ABRIAL
Valérie Abrial, conceptrice et directrice de T
Qui sommes-nous ?

L'Édito

Résilience. Ce mot aux sonorités si contemporaines. Ce mot qui, par la vacuité soudaine de la planète tout entière prenait enfin tout son sens ; habitait nos pensées confinées. Car finalement, qu’allions-nous faire de cette histoire ? Cette stupéfiante histoire qui depuis des mois nous contraint soit à subir, soit à résister, soit à tout changer. 

Il aura donc fallu un virus pour que tout bascule. 

Et comme souvent en période de chaos, pour que tout s’accélère. Soudain, les temporalités deviennent autres, les décisions se font combatives. Vient le moment d’acter les projets en gestation. C’est connu, c’est vécu, et chacun s’accorde à le dire : les crises, aussi dures soient-elles, ont le pouvoir d’activer les transformations en devenir. 

C’était donc cela être résilient : surmonter le drame pour en extraire l’énergie du renouveau.

A La Tribune, l’idée de créer une revue taquinait nos réflexions depuis un bon moment. Rien d’étonnant à cela… Face à la révolution digitale, la nécessité d’adapter les éditions papier était une évidence. Le papier est mort ! Vive le papier ! Car oui, son utilité a changé et doit s’accorder à la mutation des médias. Vivre avec son époque, tout comme le cinéma a dû repenser son modèle lorsque la télévision a fait son apparition dans les foyers. Même si évidemment, cela a pris du temps.

Et c’est bien de cela dont il s’agit. De Temps. Or nous en avions suffisamment goûté pour oser mettre en œuvre notre projet éditorial fondé sur deux axes fondamentaux : l’actu économique sur le digital pour une lecture informative ; l’analyse sur le papier pour (re)prendre le temps de lire et de réfléchir au monde qui change.

Voilà comment la revue T est née. Dans la continuité de nos réflexions et l’accélération de nos projets, contextualisées par la crise sanitaire. Nous avons osé bousculer notre modèle au moment même où notre édition spéciale « Réinventer la France », en kiosque tout l’été, rencontrait l’un de ses plus grands succès. Cela confortait notre conviction qu’un traitement éditorial thématique approfondi avait toute sa place auprès de notre lectorat. Restait à changer le support et le concept, en écho à la contemporanéité des nouveaux gestes de lecture et d’appréhension des savoirs.

T, c’est une revue qui traite un seul et unique thème par numéro : la possibilité d’un nouveau capitalisme, le Made in France et la relance économique par les territoires, les villes de demain…

T, pour le Temps de réfléchir et de lire bien sûr, mais aussi pour tout ce qui caractérise l’ADN de La Tribune : les Transformations qui forgent notre époque, les Territoires qui révèlent l’attractivité de notre pays, les Talents qui construisent un monde meilleur, l’envie de Transmettre un futur souhaitable. Et bien sûr T pour La Tribune qui depuis trente-cinq ans porte un regard différent sur l’économie. 

Paris, octobre 2020.

La Tribune, un média engagé

Média de référence, La Tribune se distingue par son expertise métiers sur les quatre grands pôles d’activité que sont la finance, l’industrie, la tech et la transition écologique. Avec ses décryptages et ses analyses prospectives, la rédaction se fait le porte-voix de celles et ceux qui transforment l’économie en France, toujours à la recherche de signaux faibles qui annoncent les grandes innovations de demain.
La Tribune, seul média économique national pure payer de l’information économique sur le digital, implanté dans les territoires, souhaite mettre particulièrement en valeur les femmes et les hommes qui mettent en œuvre des initiatives économiques, solidaires ou écologiques pour organiser la relance économique et développer une économie à impact.

DÉCOUVREZ NOS PARUTIONS

T n°5 T N°5 VOYAGES Tourisme, les nouveaux voyageurs
Durable, solidaire, « slow », local, le tourisme laisse entrevoir de nouvelles facettes sur le point de révolutionner son propre écosystème. Face à l’urgence de préserver la planète, le tourisme de masse est devenu la bête noire du secteur, ouvrant la voie à une nouvelle génération de voyageurs engagés et responsables. Voyager, d’accord, mais autrement ! L’avion pour les longues distances et les longs séjours, le train pour des destinations de proximité et semi lointaines grâce au renouveau des lignes de nuit… Se déplacer en vélo, en bateau, à pieds… Bref, voyager pour se délecter de sa dimension exploratoire ; prendre le temps de découvrir véritablement un lieu, ne pas avoir peur de la lenteur mais bien au contraire en exploiter tous les bénéfices. Aujourd’hui, la crise sanitaire nous empêche d’aller loin, mais elle nous a donné l’opportunité de redécouvrir nos régions.
Et si le tourisme local était un puissant levier de la relance économique ?
JE COMMANDE
T n°4 T N°4 S'ENGAGER ET AGIR Qu’est-ce que s’engager aujourd’hui ? Pour quoi ? Pour qui ? Comment ? Citoyens, entreprises, dirigeants…. nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir avoir un impact sur le monde. Agir pour le bien commun, pour l’intérêt général, pour lutter contre le réchauffement climatique, pour un monde égalitaire... Comprendre ce qu’est la RSE, de décrypter la Loi Pacte, le concept d’entreprises à mission et comment en mesurer leur impact. Une édition spéciale en deux parties incluant un supplément dédié aux initiatives en régions ; un numéro double qui invite à redéfinir la notion d’engagement au XXIe siècle autour d’invités prestigieux comme le philosophe Roger-Pol Droit, l’écrivain et diplomate Jean-Christophe Rufin, la secrétaire d’état à l’économie sociale et solidaire Olivia Grégoire, la philosophe Géraldine Mosna-Savoye, la présidente du directoire d’Enedis Marianne Laigneau, la vice-présidente à l’inclusion chez Sodexo, Bernadette Giard, le directeur général de la Maif et un panel de startuppers qui militent pour un monde meilleur. JE COMMANDE un numéro en 2 tomes T n°3 T N°3 RÊVONS NOS
VILLES
Verte, durable, nourricière, connectée, résiliente, citoyenne…. et si la ville de demain était tout cela à la fois ? Nous sommes de plus en plus nombreux à rêver d’une urbanité libérée de la pollution et du bruit, une cité bercée de végétation, d’espaces agricoles et floraux, une cité où les quartiers prennent des allures de places de village et où l’humain redevient la priorité. Et si ce rêve était en passe de devenir réalité ?
Avec les expertises et points de vue du paléoanthropologue Pascal Picq, de l'architecte Borina Andrieu, des économistes et urbanistes Magali Talandier et Pierre Veltz, de la philosophe spécialiste de la Smart City Laurence Vanin, de l'architecte Vincent Callebaut, du sérial entrepreneur Alexandre Allard, de l'experte en mobilité Anne Aguiléra, de l'expert des villes et des territoires de demain Carlos Moreno...
JE COMMANDE
T n°2 T N°2 FABRIQUER (TOUT)
FRANÇAIS ?
Face à la crise du Covid-19, la tendance made in France s’est plus que jamais accélérée. Au point que certains y voient une économie en passe d’être « démondialisée ». Pas si sûr pour autant ! Et si la réindustrialisation et la relocalisation sont des axes majeurs de la relance par les territoires, tout fabriquer en France est-il vraiment envisageable et souhaitable ?
Voire possible ? Avec les expertises et points de vue des économistes Isabelle Mejean et Nicolas Bouzou, du président de Sanofi France Olivier Bogillot, du directeur général de Krys Group Jean-Pierre Champion, de l'ancien ministre Arnaud Montebourg, du fondateur de la marque 1083 Thomas Huriez, de la fondatrice de Kippit Kareen Maya Levy...
JE COMMANDE
T n°1 T N°1 PARTAGEONS
L’ÉCONOMIE
Résiliente, verte, démondialisée… Une nouvelle économie se dessine. Un nouveau partage serait-il possible ?
Question centrale qui augure l’émergence de nouveaux écosystèmes autour d’une possibilité à venir : la réforme du capitalisme. Décentralisation, écologie citoyenne, entreprises à mission, nouvelles normes du travail… de nouveaux territoires se tissent. De nouvelles possibilités émergent vers un futur souhaitable. À découvrir : les expertises et points de vue de Joseph Stiglitz, Dominique Méda, Jean Viard, Julia de Funès, Nicole Notat, Thierry Marx, Gilles Bœuf, Zahia Ziouani, Sandrine Roudaut…
JE COMMANDE

T LA REVUE PRÈS DE CHEZ VOUS...

Vous ne parvenez pas à trouver de revue près chez vous ?

Faites-le nous savoir.

Nous vous répondrons dans les meilleurs délais !

Je commande Je commande Je commande Je commande Je commande

Restons connectés !

Suivez T la revue sur les réseaux sociaux.

T n°4 - 2 TOMES

Vous pouvez désormais lire les articles des éditions précédentes de T la revue sur latribune.fr

Logo tribune blanc
© 2021 – La Tribune 
ALL RIGHTS RESERVED

CONTACTEZ-NOUS
redactionlarevue@latribune.fr

diffusion@latribune.fr